INTERVIEW DE KEVIN CAMPION

INTERVIEW DE KEVIN CAMPION

Après le bac, j’ai quitté l’école pour construire une carrière sportive à haut niveau. J’ai obtenu
rapidement un CDI dans un supermarché, me permettant de m’entraîner quotidiennement. Grâce
à mes performances, mon employeur m’a proposé un CIP (Contrat d’Insertion Professionnelle) à
temps partiel. Après un déménagement, j’ai obtenu un poste de facteur à La Poste grâce à Yohann
Diniz, marcheur professionnel. De 2014 à 2017, j’ai travaillé à mi-temps avec un CIP, mais mes
performances sportives ont décliné et la fatigue s’est accumulée. Lors d’une soirée au siège de La
Poste pour célébrer la victoire de Yohann Diniz aux championnats du monde à Londres, j’ai rencontré
Philippe Wahl et M. Dorge, qui m’ont accordé un CIP à plein temps en voyant ma détermination à
améliorer mes performances. C’est à ce moment-là que ma carrière a décollé.

En tant qu’athlète, la pression pour des performances constantes est omniprésente. Quand les
résultats déçoivent, la peur est normale. Pourtant, le stress devient un moteur pour améliorer
constamment la performance, en maintenant la concentration. Grâce à mon expérience sportive,
tenir la distance et la productivité, même sur une longue tournée, n’était pas un problème. Chaque
tâche est abordée avec engagement, malgré la fatigue, par respect pour mes valeurs.

Je n’avais pas l’impression d’être meilleur que mes collègues, au contraire je me servais de leur
expérience et je les conseillais en retour. Cependant, sur une tournée, je marchais forcément plus
vite, je roulais aussi plus vite à vélo donc je finissais mon travail plus rapidement. Niveau santé, le
sport est un avantage car je n’ai été que très rarement en arrêt maladie.

Je crois totalement à l’amélioration des performances au travail grâce au sport. Si on arrive à instaurer
une pause permettant de faire de la mobilité ou des échauffements qui éviteront les troubles
musculosquelettiques, je suis pour !

La Poste a toute sa place dans ma vie d’athlète, car sans elle je n’aurai pas de salaire aujourd’hui. C’est
le partenaire qui m’emploie, qui me fait vivre, qui me permet d’avoir la vie que j’ai. C’est plus qu’un
accompagnement, c’est ce dont tout athlète rêve et j’en suis conscient.

Oser ! Donnez-vous le temps, 30 minutes de sport avec une vidéo Youtube chez soi ou aller prendre
l’air dehors. Les gens se sentent forcément mieux au travail en ayant une activité à côté.